1er minage aux fossiles

La porte est franchie à 11.00 heure; dès lors le périple peut commencer… Au début des Princes charmés; Franki souffle comme un phoque et devient rouge comme une écrevisse! C’est qu’il était habillé comme pour une éxpé en Arctique le bougre; un tee shirt et double néoprène sous la combi; l’ effet sauna était garanti… Nous nous arrêtons quelques minutes, puis Millepattes reprend la route afin de rattraper la meute qui se la joue marathon!

Ce n’est qu’ à la salle des Intestins que, rouge à son tour, il les rejoint enfin… Les remarques de circonstances faites, nous attendons les derniers participants que Yves, peut-être pris de remord 🙂  est allé un bout en arrière à leur rencontre!

Une fois la troupe rassemblée, le chemin reprend; mais cette fois à une allure plus normale!  Le lac des Fruits défendus est bien rempli est nous rafraîchit agréablement, puis la suite vient avec le tronçon quatre pattes de la galerie Saint Valentin et, enfin, arrivée à la salle du Chaudron.

Ce dernier est juste amorcé, le vilain! Certes; ce n’est pas ce « détail » qui va arrêter Pierre! Le Millepattes; plus douillet avait, pour une fois, remplacer la couverture de survie au fond du casque, par une cagoule néoprène! Pierre et CAD étant également équipés pour une petite apnée; nous installons une cordelette avec un mousqueton au milieu, afin de créer une navette pour l’aller retour des masques, cagoules et lunettes et de permettre également le hâlage des kits sous l’eau!

Une fois le premier équipier de l’autre côté, les allées et venue du « fil d’Ariane » peuvent commencer, pendant que, du côté aval, les « politesses » se succèdent afin de savoir qui serait le suivant 😉

joomplu:1403

Au fur et à mesure des passages, l’arrivée des candidats au baptême à l’autre bout de l' »enfer » est accueille à grandes et bruyantes exclamations sous les feus de la rampe des puissantes lampes frontales engagées et caméras étanches embarquées!

joomplu:1402

Une fois tout le monde ( Oui, car aucun n’ a voulu être le « couard » des autres en restant en arrière ! ) au sec du côté amont; la progression reprend le long de la galerie du Métro jusqu’à la salle du Chirocoptère; lieu de nos précédents minages. La suite s’annonce à nouveau plus humide; en effet, le début de la galerie du Joker est encore passablement en eau, mais cela va aller en s’ammenuisant jusqu’ au puits de l’Ours, qui, comme la rampe Jeanne d’Arc, se présentent heureusement bien secs!

La rivière Blizzard est à peine plus grosse qu’à l’ordinaire; donc tout s’annonce bien pour la suite; nous n’aurons pas  besoin de laisser un homme de piquet près de la perte du Pont de glaise afin de nous alarmer en cas de saturation de celle-ci! Notre chantier ne se trouvant qu’ à une vingtaine de mètres de là; nous voilà rassurés!

Une fois en place, grand déballage de tout le matériel nécessaire; pause repas vite avalée, puis, le Millepattes profite de la dernière crue du 2 mars pour sauver quelques nouveaux fragments d’os d’Ursus Spéléus avant que le tout ne soit recouvert de gravats dû au minage qui se prépare au-dessus!

Pierre commence par ammarer une échelle souple afin de pouvoir oeuvrer là-haut dans des conditions acceptables. Les jeunes profitent de ce moment où nous sommes assez nombreux pour préparer le « feu d’artifice »; pour aller faire un aller-retour aux Chercheurs d’Or, histoire de vérifier si les tuyaux en place ont bien passé l’hiver! Ils auront également trouvés de la mousse de crue au plafond de l’ Amphibie… Certainement aussi des restes du 2 mars!

Leur retour coïncide pile avec la fin de la préparation du tir; ainsi, sans perte de temps, nous allons nous regrouper à l’abri du coude de la galerie et un coup sec et sourd nous confirme que tout à bien fonctionné!

Les détecteurs de monoxyde de carbone sont dégainés et nous retournons prudemment sur les lieux du « sinistre »! L’entrée du boyau c’est bien élargie, tandis que le bassin au sol s’est comblé d’autant! Pierre remonte à l’entrée du méandre afin d’y voir plus clair… Il semble que ce n’est pas par là que nous allons faire de la première aujourd’hui! Il y a, certes, encore bien du boulot… Cela en vaut-t-il la chandelle ou faut-il continuer à chercher ailleurs?! L’avenir le dira…

Les taux de CO étant tout de même assez élevés; décision est prise de s’en aller  afin de respirer un air plus pur au loin et de s’épargner de désagréables migraines, voire pire si l’on campe trop longtemps par ici 😉

Le retour se fait dès lors en file indienne le long de la Joker; puis, le passage du Chaudron et ses techniques aquatique reprend; cette fois c’est le Millepattes qui ouvre la marche et sans lunettes; la corde au plafond lui suffisant amplement à trouver son chemin! Une fois à l’autre bord, il accueillera les « sous-mariniers » un à un, ainsi que les vas et vient de la cordelette matériel!

La suite n’est que routine; un bon dernier bain aux Fruits défendus terminera le « décrassage » avant de s’en remettre une couche dans les derniers 400 mètres…  Une fois dehors; c’est la « montée qui tue » pour rejoindre les véhicules et se mettre au sec avant de se dispatcher! En effet, il est trop tôt pour la traditionnelle pizza d’autant que certains ont d’autre projet; alors les plus grand « soiffeurs » iront s’en jeter une au pub; tandis que le Millepattes encore en combi-étanche, ira, lui, attaquer le long service de parc avant de passer aux Fourneaux! 😉

Le Millepattes.

{joomplucat:76 limit=8|columns=4|ordering=random}