Journée de « dérouillage » aux Fées!

La deuxième, par contre, contient un peu plus d’eau et n’a pas de trottoir permettant d’éviter la baignoire!  Les bottes du millepattes, malgré un passage rapide n’ont pu éviter totalement de boire la tasse et c’est les pieds humides que le Myriapode vivra le reste de la journée!!  Pour la prochaine fois, la cause est entendue!  Ma foi, qui ne tente rien n’a rien!

Nous poursuivons à deux jusque à la salle du Chirocoptère ou, cette fois, le Millepattes s’équipe en bonne et due forme, afin d’être au top avant d’affronter la Blizzard…  Pendant ce temps, Cad et Loïs nous rejoignent.

La traversée de la Joker n’est qu’une formalité, c’est après que les choses « intéressantes » commencent!

Cad et Philippe vont faire un tour jusqu’au départ de la galerie des Fossiles, voir le gisement d’os d’ours des cavernes, pendant que Millepattes et junior attaquent la célèbre Blizzard!

Les 70 premiers mètres, tout va bien madame la Marquise! On progresse d’abord au niveau de la rivière, puis, dès que le bas du méandre devient méchamment étroit, on s’élève le long des parois, afin de retrouver un peu de place pour les épaules… Loïs à de la chance: en tant que débutant, il est dispensé du port du kit, qui, vous le pensez, n’est pas un cadeau à trimballer dans ce f… méandre!

Passé le point KM.1 les choses se corsent un peu… Millepattes s’arrête régulièrement afin d’expliquer les meilleures prises et façon de progresser en méandre à Junior qui, pour une première dans un tel endroit, se débrouille déjà pas mal… Mais c’est pas très loin d’ici que tout va se compliquer pour le Millepattes.

En effet, n’étant pas passé à cet endroit depuis déjà bien 2 ou 3 ans; le Millepattes n’a pas pris garde à l’endroit où il fallait, à nouveau, se hisser dans les hauteurs du méandre avant de poursuivre et c’est en continuant la progression au niveau de la rivière qu’il va se fourvoyer magistralement avec son élève à la suite!

Dix mètres plus loin, maugréant sur des passages toujours plus étroits et boueux de surcroît, c’est au détour d’une double équerre qu’il se rend enfin compte de l’erreur! En effet, au-delà, plus aucune trace dans la boue et une étroiture ou seul un chat pourrait aller plus loin!

Désolé Loïs! Il faut faire marche arrière!!  Ton mono; myope comme une taupe t’a mal aiguillé!  Et, pendant ce temps, on devine des éclairages au-dessus de nous!  Les deux suiveurs sont passés au rang d’éclaireurs… Funeste journée pour le Myriapode qui doit reculer jusqu’ à l’embranchement avant de grimper à l’étage en-dessus où, cette fois, il est réduit à faire la voiture balai, blanchi de mond milch à faire pâlir un bonhomme de neige!

Par chance, nous parvenons rapidement à cette sorte d’écluse ou nous barbotons dans un bon mètre vingt d’eau, le passage le plus large étant immergé, le Millepattes va pouvoir se refaire une beauté et se détendre un peu en progressant selon le principe d’Archimède qui, il faut l’admettre, une fois la pesanteur disparue, c’est presque un jeu d’enfant d’avancer dans un étroit méandre!

joomplu:500

Malheureusement, comme tous les plaisirs, cela ne dure pas, et 10 mètres plus loin, c’est la fin de l’écluse et il faut, à nouveau, faire travailler toutes ses « nageoires » pour avancer décimètre par décimètre!

joomplu:498

Nous voilà enfin au Pénitents!  Philippe et Loïs voient de l’air; c’est le moins qu’on puisse dire! Le Millepattes, obligé d’attendre à l’arrière, souvent dans des endroits et positions tout sauf confortables, se demande si lui, pourra franchir ce maudit boyau, alors que junior, pourtant avec un physique d’ asperge, est à la peine!

joomplu:497

joomplu:501

Mais, c’est juste une question de technique et, finalement, la caravane redémarre et l’on se retrouve enfin au déboucher du méandre Gargantua, ou il fait bon se remettre à la verticale!

La progression se fait dès lors, tantôt par le bas, tantôt par le haut du méandre, mais dans des dimensions respectables jusqu’ à l’entrée de la galerie des Géants.

La suite est quasiment de la randonnée de montagne jusqu’à la prochaine surprise: La carrière Egyptienne!

Le Millepattes retrouve son passage inférieur juste après avoir déposé son kit dans la « boîte aux lettres » ou il semble que seul Pierre peut franchir un passage aussi bas!

Le passage bas précède un ressaut d’environ 3 mètres, pas très commode car glaiseux, puis, récupération du kit de l’autre côté de la « boîte postale »

Philippe va avoir quelque peine à passer cet endroit, mais pas autant que Loïs, qui surprise, éprouve pas mal de peine à franchir l’étroiture inférieure.. peut-être ne s’est-il pas engagé dans la meilleure position pour attaquer le rétrécissement?  Ou alors la fatigue commence à déployer ses sournois effets?

joomplu:490

joomplu:492
joomplu:494

Toujours est-il que, vu l’état de trois membres sur quatre et tous les passages « intéressants » qu’il va falloir affronter lors du retour; nous décidons de nous en tenir à la prochaine salle, soit celle de L’ épouvantail, ou nous mangerons notre pic-nique, afin de récupérer quelque force avant d’entamer le retour. Et tant pis pour les Pharaons et la suite, car l’important, c’est que tout le monde parvienne à l’extérieur par ses propres moyens, sans quoi, c’est la bérézina!

De retour à la carrière Egyptienne, Loïs me fait souci: Il tremble comme une feuille! Comme ce n’est pas « le gras » qui peut le protéger du froid, il a perdu de la chaleur lors de la pause dînatoire! J’espère qu’il aura juste le temps de se réchauffer lors de la traversée de la galerie des Géants; car attaquer la rivière Blizzard en claquant des dents, ne serait, certes, vraiment pas une bonne idée!

Heureusement, parvenu à l’aval des géants, Junior à récupéré quelques précieuses calories qui vont lui permettre d’affronter à nouveau le bain forcé!

Le retour au travers du méandre va se faire cahin-caha, mais un peu plus facilement qu’à l’aller…

Ensuite les galeries s’enchaînent à une vitesse qui semble être celle de furieux pour le Millepattes qui commence vraiment à la piler! C’est qu’il s’ arrêtaient à tout bout de champs à l’aller, mais pas une fois au retour, les bougres! Ils doivent sentir l’avoine, car, finalement, c’est le Millepattes qui parvenait exténué à la sortie, alors que Junior nous avait déjà pris cent mètres d’avance sur la montée qui nous reconduit au parc à véhicules! 🙁

En conclusion, c’est que c’est une activité qu’il faut absolument entraîner régulièrement si l’on veut se maintenir opérationnel; parole de Myriapode!

joomplu:495

joomplu:496