Passeport Vacances 2021/2

Pour cette 2ème édition du passeport vacances, la météo morose de ce début d’été a enfin fait place au soleil radieux qui correspond tellement mieux à cette période de l’année.

Du coup, le destination de cette journée sera la grotte de la Cascade à Môtiers, dans le val de Travers, aussi appelée grotte à Jean-Jacques Rousseau. En effet celui-ci a séjourné dans la commune de 1762 à 1765. Le chemin d’accès est d’ailleurs parsemé de 60 pavés de bronze où sont écrits des fragments de lettres adressées par Rousseau à son ami le Maréchal du Luxembourg. Mais cela n’est pas le sujet du jour…

Comme d’habitude, le rendez-vous est fixé à 9h devant la gare de Cheseaux. Tout le monde est présent. Après un bref briefing sur le déroulement et la destination de la journée, nous chargeons le matériel et les affaires dans le bus et les participants prennent place dans les véhicules, direction le Jura neuchâtelois.

Pendant le trajet, je pose les questions habituelles destinées à faire connaissance et à égayer un peu le voyage:

Quelqu’un a-t-il déjà eu l’occasion de pratiquer la spéléologie? -Oui, moi, j’en pratique assez souvent! -Ah bon, à quelle occasion? -Chaque fois que je dois ranger ma chambre et sous mon lit! Le ton de la journée est donné et ça ne pouvait pas mieux commencer!

Nous arrivons avec un peu d’avance sur le rendez-vous fixé aux accompagnants désireux de nous retrouver directement sur place. Le temps de s’assurer que tous les estomacs sont pleins et toutes les vessies sont vides et l’équipements des participants peut commencer. Une fois toute la troupe prête, nous nous rendons à l’entrée de la grotte située au pied de la cascade qui, pour une fois, porte bien son nom. Les années précédentes, elle était totalement à sec, même depuis le printemps. Mais cette fois, elle coule abondamment, détail qui s’avèrera fort utile un peu plus tard dans la journée…

Le temps d’un dernier briefing afin d’expliquer comment évoluer en toute sécurité dans la grotte et nous voilà en train de pénétrer au coeur du massif montagneux jurassien. Dès l’entrée, les premières remarques ne se font pas attendre car la température baisse de plusieurs degrés à chaque mètres que nous avançons, Du coup, la nécessité de se vêtir chaudement, malgré la canicule extérieure, commence à prendre tout son sens.

La première partie de la grotte, bien qu’un peu glissante, ne présente aucune difficulté et se passe sans aucun problème pour tout le monde. elle se termine par un petit trou à enjamber facilement puis par une petite étroiture qui, aux dires de certains ou certaines, paraît impressionnante depuis en haut et finalement super facile depuis en bas.

Une fois que tout le groupe a franchi ce passage, nous attaquons le 2ème section de la grotte. Il s’agit d’un boyau toujours assez large et haut mais dont le sol, moins fréquenté et plus sujet aux montées d’eau que la 1ère partie commence à se montrer un peu plus collant et boueux. Pour le plus grand plaisir de certains et surtout certaines qui rêvaient de pouvoir s’amuser avec de la boue… Elles ne vont pas être déçues! La fin de ce couloir se termine par un passage un peu plus étroit qui nécessite un peu de ramping à genoux sur une dizaine de mètres. Ce passage donnera d’ailleurs l’occasion à un des participants un peu claustrophobe de vaincre sa peur et de dépasser ses limites, ce qu’il a réussi avec brio. Toutes mes félicitations à lui!

La sortie de ce couloir donne accès au début de la 3ème partie de la cavité, Elle commence par une petite montée sur une échelle puis par une petite escalade sur deux gros rochers. Pour cette ascension, en plus des cordes déjà présentes sur place, Marc équipe chaque enfant d’une ceinture de sécurité, laquelle est reliée à une corde d’assurage, puis les guide pour cette montée de quelques mètres. Yves, situé au sommet de l’escalade gère la corde de sécurité et tout le petit monde passe cette difficulté sans le moindre problème. Là aussi, l’ascension parait très impressionnante depuis le bas et presque trop facile une fois en haut.

Nous pouvons ensuite attaquer la dernière descente de la grotte, le fameux « couloir de boue » qui a déjà fait tant parler de lui… Heureusement, depuis quelques années, des échelles ont été fixées à la paroi ce qui permet d’arriver en bas assez rapidement et facilement, et nous terminons notre ballade en haut du siphon triangle, totalement plein d’eau jusqu’en haut, ce qui marque la fin de notre voyage sous terre.

Il et temps de rebrousser chemin et de refaire le même trajet en sens inverse. Les amateurs et surtout amatrices de boue peuvent alors s’en donner à coeur joie dans la remontée du corridor, allant du concours de celui ou celle qui tartine le plus la veste de l’autre, et quand la veste ne suffit plus, on s’attaque aux jeans, jusqu’à celle qui, pour gagner du temps, fini directement à plat ventre dedans, involontairement…..ou pas! Résultat garanti mais difficile de se relever tellement elle est morte de rire! Comme tout le monde d’ailleurs…

Nous profitons de l’espace situé en bas de l’escalade pour pratiquer l’exercice du noir absolu. Chacun comprends alors l’importance de l’éclairage lors d’une visite sous terre.

Lorsque nous arrivons à quelques dizaines de mètres de la sortie, ceux qui le désirent ont pu encore visiter la « cave ». Il s’agit d’une galerie qui descends pour arriver jusqu’à un 1er siphon. Un petit passage part alors vers le haut et retombe dans la galerie via le plafond. Les enfants qui ont fait cette partie ont tellement apprécié qu’ils ont même refait un 2ème passage dans cette petite boucle. Le top!

Pour les autres, nous avons rejoins la sortie et ses températures nettement plus de saison. La cascade s’est alors transformée en douche géante pour certains qui, après s’être d’abord juste nettoyé les mains, ont enchaîné avec le visage pour finir par une douche-lessive complète. Un vrai régal!

J’en profite pour leur montrer également notre « ange-gardien ». Il s’agit d’une sculpture d’un animal, certainement un chamois, situé en plein milieu de la paroi à côté de la cascade. Mais comme je n’ai aucune idée comment il s’appelle, les enfants ont décidé de l’appeler Michel. Donc dorénavant, dans cette grotte, nous auront une protecteur nommé… Michel!

Une fois tout le monde arrivés à la place de pique-nique, une dernière corvée attends le petite équipe avant la délivrance gastronomique attendue: Le lavage du matériel et des habits pour certains, dans la rivière juste à côté. Ensuite, c’est enfin l’heure du casse-croûte tant mérité.

Une fois de retour à Cheseaux, et comme le mois passé, tout le monde a pu tester son agilité dans notre parcours d’exercice et visionner un film sur la découverte de la grotte aux Fées au début des années 2000. Cette grotte sera d’ailleurs certainement celle du passeport vacances de 2022. Avis aux amateurs…

Tout ceci nous ayant amené jusqu’à 18h, il est temps de rendre les enfants à leurs familles, certains à la gare, d’autre directement à notre local. Il ne reste plus que la toute dernière partie de l’activité: la lessive… mais nous, notre rôle s’arrête là!

Comme d’habitude, je tiens vivement à remercier toutes les personnes qui m’ont accompagné sur place et dans la grotte pour assurer le parfait déroulement de cette journée. Marc, Yves, Sandy, Bernard, Chloé et Thomas. Merci également au spéléo-club de Cheseaux pour le prêt de tout le matériel nécessaire à ce type d’activité et merci à la société suisse de spéléologie pour la souscription de l’assurance initiation, ce qui nous permets de pratiquer ce genre de sortie en toute sérénité. Merci également à l’APVRL pour faire exister ce genre d’activité.

Merci enfin et surtout à tous nos jeunes participants qui se sont dépassés et ont parfaitement joué le jeu pendant cette journée extraordinaire en nous laissant à nous, des souvenirs aussi excellents qu’à eux je l’espère.

Vivement l’édition 2022

O. Crausaz