Recherche site à ours au droit des Fées…

Ce mercredi 26 septembre 2011; une petite équipe composée de Michel Blant, d’Alain assistant géologue, Pierre Beerli, Sébastien Pittet et votre scribe, le Millepattes, se retrouve sur le parc de la douane du Reposoir, au-dessus du réseau des Fées de Vallorbe pour une prospection détaillée de toute la surface recouvrant le réseau 2004, où ont été retrouvés de nombreux fragments d’os et de dents d’Ursus Spéleaeus…

Il serait donc intéressant de retrouver des indices de la présence de ces ursidés dans les parages du réseau. Nous décidons de commencer les recherches par la combe d’Enfer et, plus particulièrement le secteur de la « baume à Ram », un chantier de désob ouvert par le Millepattes voici 3 ans déjà et qu’un éboulement récent de la trémie va encore bien retarder l’avance des travaux!

joomplu:342

 

Ce matin là, un faible courant d’air aspirant s’enfile au travers de l’ébouli, signe que tout espoir n’est pas encore perdu! Mais, question ours, il faudra revenir lorsque il y aura moyen de pénétrer dans la galerie qui doit dormir la derrière…

La matinée étant déjà achevée, nous remontons au parc, récuperer nos sacs à dos et attaquons la montée du talweg de la petite Echelle, ou un abri sous roche pourrait cacher quelque chose.

Nous profitons de l’exposition plein sud de l’endroit pour y prendre un pic-nic mérité sous un chaud soleil, puis reprenons nos recherches.

joomplu:352

Il semble qu’un porche se cache sous l’amoncellement détritique de la falaise sus-jacente et nous décidons de faire deux équipes afin d’avancer dans nos recherches. Séb et Alain s’attaquent au dégagement du terre-plein, pendant que les trois autres membres de l’équipée repartent en prospection en hauteur, fouiller les nombreux pieds de petits rebans rocheux qui garnissent les deux côtés du talweg de l’ancien torrent des pâturages de l’Echelle.

Une grande boucle commence, ou nous perdons déjà Pierre parmi les fortes pentes parsemées de falaises de la partie est!  ne le voyant pas réapparaître, Michel et Millepattes remontent en direction du nord-ouest; passent au-dessus du refuge du Crêt-blanc et filent plein ouest en direction de la grotte du Mille-pattes, répertoriée le 16 février 2008 déjà, en compagnie de Jacques Dutruit et Marc Wittwer. collègues du GSL.

Michel s’introduit à son tour dans l’étroit boyau qui longe le pied de falaise sur près de 14 mètres avec une fenêtre à mi-parcours, qui semblerait être ce qu’il reste du porche d’entrée initial…  Une désobstruction à cet endroit pourrait ne pas être denuée d’interêt.

Un peu plus loin, un petit conduit phréatique et inspecté, mais semble bien trop petit pour nous livrer passage, alors un ours des caverne, il faudrait qu’il soit bien anorexique!

Nous redescendons ensuite plein sud, contournons les vagues restes de fondations du chalet d’Essert et continuons droit bas, retraversons la route de la petite Echelle, afin de gagner le reban ouest de notre précédant talweg pour le vérifier avant de redescendre rejoindre notre équipe de désob. Seb, comme prévu, a du nous quitter et, entretemps, Pierre a rejoint Alain pour creuser sous la roche.

Avec toutes les racines qui encombrent le terrain, la tâche est ardue et l’objectif ne pourra pas être atteint aujourd’hui! Pierre nous parle d’une petite entrée au-dessus du chemin de la « roche à Dayon » à 10 minutes.

Nous repartons donc là-haut, afin de voir à quoi s’en tenir… Il y a effectivement un petit conduit phréatique qui se poursuit parralèlement au pendage des couches, mais c’est vraiment petit et sans combi spéléo, il n’est guère possible de s’aventurer à plus de 5 mètres en profondeur, si l’on ne veut pas ressortir noir comme des ramoneurs, le fond étant tapissé de terre par les blaireaux qui semblent occuper cet endroit, du reste, un crâne de l’un deux est retrouvé sur place…

Ce trou se prolonge, mais il faudra revenir équipés et prévoir l’évacuation de quelques blocs encombrants le passage en amont.

Le soleil étant déjà bien bas dans l’axe du crêt-Cantin, nous décidons de nous en tenir là pour aujourd’hui et redescendons en direction de la route, non sans vérifier en passant, l’aval du talweg qui rejoint la route environ 200 mètres à l’ouest de l’ancienne douane…  c’est donc là que nous nous séparons, chacun rejoignant ses pénates pour se débarbouiller et tout fourrer dans le tambour de la machine à laver!  🙂

Le Millepattes.

D’autres images de la sortie… par ici !